Les Lyres Jerrican, avec Dieudonné Fokou

C’est le début d’une résidence de travail dans mon atelier avec le sculpteur camerounais Dieudonné Fokou (allez faire un tour sur sa page facebook.com/dieudonnefokou, il fait de très belles choses même sans moi!), les objectifs : réalisation d’une sculpture de plus de 3 mètres de haut avec instruments de musique intégrés, et fabrication de quelques pièces plus petites en combinant nos spécialités.

Dieudonné travaille le métal et la soudure, on part donc sur du tout en ferraille.

Premier assemblage, jerrican façon militaire et morceaux de bureau, on va travailler sur deux instruments similaires :

Difficile de nous cadrer tous les deux, problème de format…

La forme de l’objet m’amène naturellement vers la lyre, et plus précisément vers une lyre que j’adore : le krar éthiopien.

Un morceau d’étagère à section carrée percé de 6 petits trous pour la fixation des cordes, 6 équerres de chaise pour le sillet, le tout soudé sur le jerrican. Pour l’ouverture de la caisse de résonance, je laisse carte blanche à Dieudonné.

Boulons de 10mm pour les chevilles, percés de part en part pour passer la corde avant de l’enrouler (petit truc pour percer un filetage : meuler d’abord pour aplatir la surface, ensuite un coup de pointeau et on peut percer droit!),

mise en place d’un micro piezo pour amplifier l’instrument, voir mon tutoriel Le micro piezo à 3€ pour vous fabriquer le vôtre!

et montage des cordes, toutes de la même épaisseur, les longueurs décideront des notes obtenues. J’utilise des cordes de guitare électrique, une lyre en 5e cordes (cordes de LA / A), une en 6e cordes (cordes de Mi / E), je vise plutôt les graves.

J’essaye plusieurs accordages, plusieurs tensions, plusieurs gammes, pour m’arrêter sur une échelle un peu spéciale :

Je joue les quatre notes graves à la façon du krar, en étouffant les cordes avec les doigts de la main gauche, et en grattant largement à la main droite (je préfère sans plectre), les deux cordes restantes me permettent de jouer une sorte d’accord qui permet d’étendre un peu le jeu soliste, voici les tout premiers tests (avec le son du poste à souder en fond) :

je vais préparer une vidéo un peu mieux jouée pour la chaîne Youtube, je l’ajouterai ici quand elle sera prête, n’hésitez pas à vous abonner au blog pour ne pas rater les prochains articles!

A propos Nicolas Bras 12 Articles
Homemade Instrument maker, rare and strange instrument seeker / Bricoleur d'instruments, chercheur d'instruments rares

4 Commentaires

  1. Bonjour,

    comment déterminez-vous la longueur des cordes des lyres? Est-ce que vous tatonnez en jouant sur la tension à partir de longueurs prises « au hasard » ou existe-t-il une formule mathématique qui lierait par exemple longueur, tension et fréquence?

    En tous cas, très beau travail!

    • Pour cet instrument, je savais à peu près en me basant sur le diapason standard des cordes que j’utilise (cordes de guitare), mais je garde un peu de liberté en jouant sur les cordes sous-tendues

  2. Bonjour, y a t’il moyen de voir le détail des chevilles ? Pour mes projets, j utilise des mécaniques de guitare chinoises qui ne tiennent pas bien longtemps et gachent un peu « l esthétique » de l instrument 😀

    • Il s’agit de boulons de 10mm, avec rondelles et écrou, une fois vissé le filetage est meulé pour pouvoir percer le boulon plus facilement, un coup de pointeau, une mèche de 4mm, et on accorde avec une clé de 17!

Répondre à ahayute Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*